écriture

Les 4 qualités d’un bon bêta-lecteur

Image by GraphicMama-team from Pixabay

Entre l’idée de départ et la version définitive de son livre, il existe tout un processus et des étapes incontournables à respecter. Faire relire et examiner son livre par autrui constitue une de ces étapes, appelée « bêta-lecture ».

Qu’est-ce que la bêta-lecture?

La bêta-lecture est une pratique qui consiste à faire relire son livre par un lecteur choisi spécialement pour cette mission. Il peut s’agir d’un de vos proches, d’un complet inconnu, ou encore d’un professionnel. Voici quelques conseils pour bien le choisir.

Choisir un bon bêta-lecteur

Votre bêta-lecteur idéal devra avoir l’habitude de lire. S’il n’a rien lu depuis le lycée, il lui manquera les compétences pour analyser votre texte, vérifier la cohérence des personnages, relever les incohérences. La pratique de la lecture aiguise le regard et permet, grâce au jeu des comparaisons, d’avoir un esprit plus critique.

La bêta-lecture requiert du temps et des efforts. Vérifiez bien que votre bêta-lecteur est près à s’engager dans cet effort afin de vous offrir un retour de qualité.

Proche ou pas proche?

Inutile de solliciter des proches mais qui accepteraient « de vous donner un coup de main ». En réalité, ils n’ont que faire de votre livre, mais il pourraient se montrer flattés par votre demande ou n’oseraient pas vous dire non.

Je sais qu’il est très tentant de se tourner vers des proches, après tout ils vous connaissent bien et vous les connaissez, peut-être même lisent-ils beaucoup (qui se ressemble s’assemble, n’est-ce pas?) Une aubaine, pensez-vous. Je peux vous dire par expérience que c’est un mauvais calcul. Vos proches vont avoir du mal à vous donner un avis objectif. Ils vont la plupart du temps trouver votre livre « formidable ». D’accord. Mais encore? Vous voulez améliorer votre texte ou recueillir des éloges? Certes les compliments font plaisir, mais qu’en sera-t-il quand un blogueur inconnu ou un lecteur lambda relèvera toutes les incohérences de votre bébé? Ça c’était à voir AVANT la publication!

Alors je sais qu’il y a des exceptions: Stephen King se fait relire par sa compagne qui ne lui passe rien. A vous de voir si dans votre entourage il y a quelqu’un de suffisamment objectif pour vous relire…

Un bon bêta-lecteur est un lecteur ciblé

Idéalement, votre bêta-lecteur devra lire dans le genre que vous écrivez (inutile d’envoyer une romance à un bêta-lecteur qui ne lit que de la SF, par exemple). Si,en plus, il a une bonne expérience de lecture dans le genre que vous lui soumettez, il saura quels sont les codes de ce genre, et ce que les lecteurs en attendent et sont en droit d’exiger.

La communication, un outil de plus dans l’arsenal du bêta-lecteur

Votre bêta-lecteur doit être capable de s’exprimer par écrit, pour vous rendre des notes exploitables. S’il ne maîtrise pas un minimum ce mode de communication, il ne sera pas en mesure de rendre un travail objectif, clair et argumenté. Ses remarques doivent être précises, et vous pousser à retravailler votre texte dans le détail grâce au relevé des problèmes particuliers. Souvent, il vous fera ses commentaires par email, ou directement dans le texte, l’idéal étant les deux. Les annotations dans le texte doivent être le plus détaillées possibles. L’Email aura pour fonction de donner une impression d’ensemble.


Publié par Alex dans Techniques d'écriture, 0 commentaire

Libérez votre créativité: les 3 exercices phares du livre de Julia Cameron

S’il y a bien un livre qui parle aux auteurs dont je fais partie, c’est bien celui de Julia Cameron, Libérez votre créativité, considéré comme la bible des artistes.

Dans ce livre, l’auteure nous convie, nous les artistes, à reconquérir notre créativité en levant les blocages qui, souvent, nous ont fait renoncer à nos rêves.

Elle propose des exercices étalés sur plusieurs semaines pour redécouvrir notre enfant-artiste et lui donner enfin la permission de s’exprimer, quel que soit le canal.

Peut-être l’avez-vous lu, mais avez-vous fait les trois exercices que l’auteure préconise dans ses leçons? Car Julia propose, en plus des exercices qui émaillent les semaines, de se livrer à trois pratiques récurrentes afin de partir à la reconquête de sa créativité.

Voici un petit rappel de ces trois exercices, que vous pouvez faire également si vous n’avez pas lu le livre (mais que je vous recommande de vous procurer par ailleurs).

Les pages du matin

Image by Anja🤗#helpinghands #solidarity#stays healthy🙏 from Pixabay

Julia recommande dans son livre de se livrer à cet exercice chaque jour. Mais de quoi s’agit-il?

Il s’agit pour tout auteur ou artiste de pratiquer un exercice d’une durée de trente minutes à peu près, qui consiste à rédiger à la main trois pages au saut du lit.

Ces pages n’ont pas vocation à être des pages structurées et élaborées. Il n’est pas question ici de se mettre à écrire une histoire ou quoi que ce soit de construit (bien que cet exercice m’ait permis de trouver de nombreuses idées pour mes oeuvres!). Ici, le but visé est de remplir ces pages au fil de la plume, sans trop réfléchir. L’objectif est de coucher sur le papier ce qui vient à la conscience, comme cela vient. De la même manière, Julia recommande de ne pas se soucier de l’orthographe ou de la grammaire.

Les pages peuvent être belles ou plaintives, ou mettre en lumière un problème récurrent. Elles se révèlent parfois banales (« Que vais-je manger à midi »? ) ou plus profondes et analytiques (« Pourquoi mon personnage de Lisa ne fonctionne pas dans ma nouvelle? »). Quoi qu’il en soit, grâce aux pages du matin, il est rare qu’un problème ne trouve pas sa solution.

Vous rédigerez donc ces trois pages chaque matin, idéalement sept jours sur sept, sans les relire. (Mais vous pourrez les relire plus tard pour noter les redondances, les points qui vous obsèdent et découvrir là où « ça coince »)

Il ne vous reste plus qu’à vous procurer un joli cahier ou, si vous êtes comme moi (je rédige ces pages depuis des années!), sur des feuilles quadrillées d’étudiants.

Le rendez-vous d’artiste

Image by Ylanite Koppens from Pixabay

Cet exercice de créativité consiste à s’octroyer une pause de deux heures une fois par semaine pour un temps de découverte et de renouvellement créatif. Un temps qui sera distrayant et pas forcément cher. La visite d’une église, une longue promenade en forêt, un magasin de bricolage, un concert, un musée, etc.

Ces rendez-vous vous feront expérimenter la résistance. Julia conseille d’inscrire ce rendez-vous dans un agenda et de ne pas y déroger. Il est également question de s’y rendre seul.

Ces rendez-vous visent à « remplir le puits ». La pratique créative est exigeante et nous fait vider le puits. Il nous faut accueillir de nouvelles images, de nouvelles sensations, de nouvelles idées pour que notre création soit plus riche et renouvelée. Voilà la fonction de ce second exercice de créativité.

La marche quotidienne

Image by David Mark from Pixabay

Ce dernier exercice vise à trouver de nouvelles idées, à chercher des solutions. Il s’agit de partir pour une marche de 20 minutes, à raison de deux fois par semaine.

Julia confie dans un autre de ses livres qu’elle part ainsi tous les jours marcher, avec ses chiens, et que ce rituel lui est très bénéfique.

Comme le disait Diogène, « Solvitur ambulando », « C’est en marchant qu’on trouve la solution ».

Que diriez-vous d’essayer de mettre tout ceci en pratique? (Et n’hésitez pas à faire part de vos expériences dans les commentaires!)

Publié par Alex dans Techniques d'écriture, 0 commentaire

Cet homme est un psychopathe! Créer un « méchant » crédible

Image par ErikaWittlieb de Pixabay

En tant qu’auteure, je suis fascinée par la psychologie, et en particulier par toutes ces petites et grosses déviances qui permettent d’enrichir la personnalité d’un personnage. S’il est assez facile de dresser le portrait du « méchant » dans une histoire, rien de bon ne peut sortir sans un minimum de recherche qui permet au personnage de « sonner juste ».

Pour mon dernier roman (bientôt disponible, inscrivez-vous à la newsletter pour connaître la date officielle de parution et obtenir une nouvelle gratuite), je me suis donc penchée sur ces individus qualifiés de « psychopathes ». Qu’est-ce qu’un psychopathe? Quels sont ses traits de caractère?

Psychoptahie: définition

Psychopathe, sociopathe, tueur en série, les termes ne manquent pas pour qualifier une personnalité plus ou moins perçue comme dangereuse. Pourtant, le terme revêt une signification bien précise, loin des films et des clichés.

Le psychopathe est une personne qui tranche par son comportement en apparence normal et sa remarquable capacité à n’éprouver aucune empathie, amour, culpabilité et sensibilité. Guidé par son seul plaisir, le psychopathe  a du mal à tisser des liens sociaux.

Les 5 signes qui permettent de repérer un psychopathe

  • Le psychopathe ne fait preuve d’aucune empathie et se montre et indifférent à la souffrance des autres, insensible.
  • Le psychopathe est narcissique et égocentrique. Le monde tourne autour de sa personne et il s’imagine et se considère plus intelligent que les autres. Il surestime ses capacités. Il est peu fiable et indifférent à l’opinion des autres, les rabaisse et les humilie. Il manipule et trompe l’autre sans aucun état d’âme.
  • D’un calme olympien, le psychopathe gère les situations stressantes avec décontraction et froideur.
     
  • Sûr de son charme, le psychopathe est le type même du séducteur et du beau parleur.
     

Dénué d’empathie, il n’éprouve aucun remords ni regret pour ses crimes ou pour la souffrance qu’il inflige aux autres.

Créer un « méchant » crédible

Voici quelques pistes pour créer un antagoniste psychopathe mémorable dans une oeuvre de fiction

  • Pensez aux personnes de votre entourage, et examinez ses défauts. Pouvez-vous accentuer son côté malsain et/ou vilain et l’imaginer dans votre fiction? Comment réagit-elle en gardant à l’esprit les points vus plus hauts?
  • Imaginez une scène du passé de votre personnage. Essayez de penser à son enfance, puis à son adolescence. Y a-t-il un événement terrible qui a représenté un tournant dans sa vie et modifié sa personnalité en profondeur?
  • Personne n’est ni tout blanc ni tout noir, même les psychopathes! Essayez de nuancer votre personnage. Quels sont ses bons côtés?

1-  Cernez votre type d’antagoniste : une personne ordinaire, une célébrité, un criminel notoire ? Examinez ses échecs  et ses faiblesses. Quel mal a-t-il fait ?

2- Etudiez le caractère de vos connaissances, en particulier leurs mauvais côtés. Quelles personnes seraient-elles si leurs faiblesses étaient exagérées et plus fortes que leurs traits positifs ?

3- Approfondissez le passé de votre vilain. Quels évènements terribles a-t-il subis et provoqués ? Certains antagonistes sont de simples fauteurs de troubles, d’autres sont des psychopathes. A quel niveau se situe le vôtre ?

4- Identifiez la source de ses actes : pourquoi en est-il arrivé là ?

5- Entretenez le suspense sur ses actes et sa possible évolution : la gestion des limites d’un personnage est toujours captivante pour le lecteur !

6- Nuancez le caractère de votre antagoniste : les vilains les plus intéressants sont les plus complexes. Une personnalité ambiguë ajoute de la profondeur et du réalisme. Réfléchissez donc à ses bons côtés.

7- Donnez-lui une voix et un physique distincts : travaillez précisément les dialogues pour faire mieux connaître cet antagoniste. Ses manières, son apparence et sa façon de parler sont autant d’éléments importants pour lui donner vie.

8- Examinez les différentes sources d’inspiration possibles, telles les antagonistes des films et des livres. Soyez critique envers elles, votre jugement sur votre création n’en sera que plus approfondi.]

Publié par Alex dans Techniques d'écriture, 0 commentaire

Libertés

« Tu ne peux pas écrire dans la marge ».

C’est un vieux souvenir d’école. Peut-être même un cas d’école. Quand nos aînés nous apprenaient à grandir.

« Ah, non, le yaourt, c’est en dessert ! Mange d’abord tes carottes râpées. »

C’est un autre souvenir, une autre injonction.

Saviez-vous qu’il est interdit d’appeler un cochon Napoléon ? La loi n’a jamais été révisée, et outrepasser cette interdiction, c’est s’exposer à une amende !

Ce que j’aime dans l’écriture (et dans l’art en général), c’est la liberté qu’elle apporte. Voire la subversion.

C’est faire passer des idées, des opinions et des points de vue tranchés sur des questions délicates.

Si vous vous pointez dans un mariage et que vous déblatérez que l’amour nous enchaîne, pas sûr que ce soit apprécié. En revanche, écrire une petite nouvelle sur une nana qui préfère peindre dans sa mansarde et s’éclater avec ses amis le weekend plutôt que subir le roasbeef dominical de belle-maman, ça paraît tout de suite plus attrayant. (Même si ladite nana grelotte dans sa mansarde, avec un châle sur les épaules et une tisane en guise de dîner). Ça a un petit côté Balzac à ses débuts. Du romantisme et de l’âme à en revendre.

Enfin, ce n’est que mon opinion. On ne peut pas critiquer les choix des uns et des autres.

Je ne dis pas qu’il ne faut rien interdire. Par exemple, je trouve immondes ces messieurs qui urinent dans la rue et ces individus qui jettent des papiers par terre.

L’art a toujours frôlé la déviance, la maladie.

Résultat de recherche d'images pour "homard"

« Adoptez un homard », proposait Gérard de Nerval. « Un homard n’est pas plus ridicule qu’un chien, qu’un chat, qu’une gazelle, qu’un lion ou toute autre bête dont on se fait suivre ». Pas très pratique pour les vacances, mais pas pire qu’un chien à faire garder… il faudra que je me renseigne.

Accomplissons un pas de plus. Quand on parle de déviance, on pense folie. Faut-il être fou pour créer ? les artistes sont-ils tous fous ? Antonin Artaud, Maupassant, Zola, tous ces grands écrivains avaient des troubles psychiatriques.

D’après une étude médicale très sérieuse, il semblerait qu’il existe un lien étroit entre la folie et l’imagination artistique. Le cerveau des artistes se trouverait en suractivité, ce qui conduirait à des troubles psychiatriques.

Bon, je suis très loin d’avoir fait le tour de la question, mais si vous voulez une chouette histoire qui illustre tout cela, je vous propose de lire ma nouvelle nouvelle disponible ICI.

Bonne lecture et à bientôt !

 

Publié par Alex dans Mes oeuvres et thématiques d'auteur, 0 commentaire

L’ambition, une force de vie

L’ambition… un mot qui résume bien les héros de romans. Un mot qui fait et défait des carrières, qui influence le compte en banque et qui crée des Balzac.

Et qui n’a rien à voir avec l’âge. Il existe des jeunes effrayés à l’idée de prendre leur vie en main et des septuagénaires en train de monter leur énième entreprise.

Cette notion est au coeur de l’écriture et de la création de personnages. Elle m’a animée lors de la création de Francis Cazenave et de son fils Antoine, elle m’a aidée à camper des personnages hauts en couleur et poussés par une farouche envie d’aller au bout de leur quête.

Elle crée des personnages bien vivants, mémorables. Elle permet à l’histoire de  commencer, de prendre de l’amplitude et d’aller à son terme inéluctable.

Elle m’évoque ce brin d’herbe qui pousse entre les pavés des villes, et que rien n’arrête. Elle est une force de la nature.Elle est la vie elle-même.

Loin de l’image de l’homme aux dents qui rayent le parquet, l’ambition peut être une volonté de se prouver quelque chose à soi-même. Un sportif qui dépasse son meilleur score, un guerrier qui vainc l’ennemi, un musicien qui répète des heures durant pour livrer sa meilleure performance. Un étudiant qui prépare un concours et qui se souviendra des années plus tard de ces heures passées à apprendre,  à se former l’esprit, à acquérir des méthodes de travail et une culture qu’il n’aura plus le temps d’explorer avec autant de passion.

Un Balzac qui travaille quinze heures par jour et qui nous lègue les plus belles pages de la littérature française.

L’ambition est démesure, certes, mais elle permet la réalisation de soi, l’épanouissement. C’est grâce à elle qu’il est possible de vivre ses rêves, de donner du sens à son existence, de découvrir ses valeurs et leur donner forme. Elle façonne l’avenir. Elle s’appuie sur une vision, qu’elle transforme en projets, puis en actes. L’ambitieux est résolument tourné vers l’action et se nourrit d’une vision.

Pour l’écrivain, elle est essentielle. Le cheminement pour aller au bout d’une histoire ne se fait pas sans passion ni ambition. Ecrire et entreprendre une carrière dans l’écriture exigent de la ténacité et une discipline exceptionnelles. Sans un minimum d’ambition, l’apprenti écrivain abandonnera en chemin. (Pour ceux qui cherchent la motivation pour écrire ou qui l’auraient perdue en cours de route, je vous suggère de vous rendre sur le blog passion d’écrire)

Et vous, cher lecteur, quelles sont vos ambitions? Aimez-vous les personnages de romans portés par une ambition forte? Etes-vous attiré par les personnes qui rayonnent d’ambition?

 

 

 

 

Publié par Alex dans Mes oeuvres et thématiques d'auteur, 0 commentaire