Rêve musical

« La vie sans musique est tout simplement une erreur, une fatigue, un exil ». Nietzsche

Un nouveau programme d’éducation musicale offre à chaque enfant âgé de 3 à 16 ans un instrument gratuit. C’est ce qu’a décidé le gouvernement du Pays de Galles, pour permettre l’accès à la musique à tous, notamment aux familles à faibles revenus.

Les enfants pourront également bénéficier d’un cours d’initiation à l’instrument.

Mon rêve musical

Comme j’aurais aimé bénéficier d’un tel programme! Non pas que mes parents auraient refusé de me payer des cours de piano ou de guitare, mais je n’étais guère encouragée dans cette voie. Avec un instrument commis d’office, j’aurais peut-être pris modèle auprès de mes petits camarades et me serais lancée!

Je dois vous révéler quelque chose: mon rêve musical a trouvé à s’épanouir à l’âge adulte. J’ai commencé le piano à la trentaine et plus récemment je me suis mise à la guitare.

La musique, un bonheur quotidien

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours baigné dans la musique. Un manche-disque dans la petite enfance, puis mon premier radio-cassette. Il était d’un rouge vif et ne me quittait pas dans la maison. J’écoutais la radio dans la salle de bain.

A l’époque, point de CD, encore moins de MP3! Notre foyer disposait d’une platine pour écouter des vinyles, et d’un lecteur de K7. Vers 14 ans, j’ai eu droit à un baladeur, un objet difficile à ranger dans une poche. Les casques avaient tous des fils, et les cassettes la fâcheuse tendance à laisser sortir la bande. Il fallait se munir d’un crayon pour rembobiner. Puis, les walkmans ont fait un prodigieux bond évolutif lorsque la fonction « lecture automatique de la deuxième face » est apparue. Enfin, le CD a fait son apparition, puis le mini-disque et à présent…

Les années passant, j’ai commencé à écouter toutes sortes de musiques. Chanson française, rock, classique, et surtout du jazz! A l’adolescence, j’avais une préférence pour les ouvertures d’opéras de Wagner, les chansons de Jacques Brel, de Jean-Louis Murat. Aujourd’hui, je m’entoure de musique instrumentale.

Je fréquente aussi pas mal les salles de concert, j’assiste notamment avec des amis aux événements musicaux programmés par les conservatoires de musique.

Ma pratique personnelle m’est essentielle, je m’efforce d’ailleurs de me discipliner à ce sujet (comme c’est le cas pour l’écriture!) et cette passion transpire dans certains de mes textes. Avec l’expérience, je me rends compte que musique et création littéraire sont indissociables. J’écris toujours en musique. Si vous me croisez au Starbucks en train de créer du contenu pour ce blog, vous me verrez avec un casque sur les oreilles (playlist du moment: « Harold Lopez-Nussa », un trio de jazz cubain que j’ai découvert ce mois-ci à l’occasion d’un festival).

Bientôt, je vous livrerai mon dernier roman, qui a pour contexte la musique.

Et vous, avez-vous un rêve d’enfant qui s’est réalisé à l’âge adulte?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *