juillet 22

Comment préparer une histoire?

Cela fait plus de vingt ans que j‘écris des histoires. Au début, je connaissais certaines choses sur l’écriture (grâce à mes études), mais personne ne m’avait expliqué comment faire pour écrire de façon professionnelle ni comment préparer une histoire. A l’époque, Internet n’existait pas, et il existait peu de livres sur le sujet. Je me suis procuré tous ceux qu j’ai pu trouver, et j’ai prix également quelques cours (par correspondance, et les « devoirs » étaient envoyés et retournés corrigés par la Poste!).

Préparer une histoire, ce n’est pas si compliqué!

Aujourd’hui, je peux dire que les infos ne manquent pas, même si en France il n’est pas vraiment possible de trouver des cours officiels qui forment au métiers d’écrire (contrairement aux Etats-Unis, par exemple, où il existe des cursus d’écriture à l’université).

Dans ce billet, ma tâche sera de vous exposer les meilleures techniques pour apprendre à préparer une histoire, afin que vous puissiez vous concentrer sur l’essentiel et gagner du temps.

Votre boîte à outils

Voici donc notre première étape, cruciale. Je pars de l’hypothèse que vous avez déjà une idée de roman ou de nouvelle. Dans cette phase, il s’agit de vous poser quelques questions pour ne pas vous retrouver « coincé » au bout de trois chapitres, en proie à l’angoisse de la page blanche.

Dans votre boîte à outils, il devrait y avoir:

  • La figure du protagoniste et celle de l’antagoniste
  • Une liste de personnages, avec leurs noms
  • La structure de votre histoire
  • Les recherches en cours et celles à effectuer
  • Une esquisse des scènes
  • Une ébauche de ce que sera votre climax

Examinons chacun de ces éléments l’un après l’autre.

La figure du protagoniste et celle de l’antagoniste

Une histoire se définit par quelque chose qui arrive à quelqu’un. Ce quelque chose doit être important pour lui et difficile à obtenir. L’intrigue naît de cette difficulté et de l’affrontement de ce quelqu’un (le protagoniste) contre des obstacles (incarnés par l’antagoniste).

Toute l’histoire doit se résumer à : « Est-ce que mon protagoniste va réussir sa mission? » Il est essentiel de vous poser cette question au moment de préparer votre histoire.

Le protagoniste est le personnage principal, l’antagoniste est l’opposant (le « méchant » ou une force antagoniste qui peut être psychologique et incarnée par les failles du protagoniste. (Ex: « Je rêve d’être un homme politique, mais je suis tétanisé à l’idée de prononcer des discours ». Votre antagoniste sera cette peur, que votre protagoniste devra vaincre pour réussir (ou rater) sa mission.

Une liste de personnages

Préparer une histoire, c’est aussi commencer à ébaucher une liste de personnages. Pour les imaginer, fiez-vous au contexte.

Par exemple, si votre histoire se déroule dans une menuiserie et que votre protagoniste est un jeune apprenti, demandez-vous qui gravite autour de lui, de manière naturelle. Il aura certainement un maître d’apprentissage, des collègues, une famille. Le maître d’apprentissage aura peut-être une fille de son âge. Peut-être que votre héros l’aimera en secret?

La structure de votre histoire

Ici, il convient de poser les grands jalons.

Vous connaissez sans doute la règle des trois actes au théâtre. La dramaturgie n’a guère changé depuis Aristote. Une roman comporte généralement trois parties. Pour bien commencer une histoire, il est essentiel de poser des jalons.

  • La première partie, ou exposition
  • La deuxième partie, ou développement
  • La troisième partie, ou conclusion

La première partie

Cette partie débute par l’exposition d’un protagoniste dans son quotidien, dans sa normalité, sans tension dramatique. Puis un événement (l’incident déclencheur) vient tout bouleverser et c’est le moment où l’intrigue se noue. Votre personnage peut alors se lancer dans sa quête et se transformer. C’est le début de…

… la deuxième partie

C’est la plus longue. Votre protagoniste va subir une succession d’épreuves qui doivent le mener vers un point où tout semble désespéré, où les forces antagonistes sont trop fortes, ce qui provoquera son abandon temporaire. Mais un espoir résiduel nous mène vers …

… la troisième partie

C’est le temps de la fin, quand votre protagoniste va se relever et se confronter lors du climax à son opposant (ou « méchant de l’histoire »), ce qui conduira votre histoire vers son dénouement.

Une fois votre structure posée, avec vos personnages, il vous reste à effectuer les recherches indispensables

Les recherches en cours et celles à effectuer

Pour un premier roman, il peut être intéressant de situer votre intrigue dans un environnement connu, afin de simplifier les recherches. Vous êtes boulanger de profession et vous vous voudriez écrire de la SF? Pourquoi ne pas parler d’un boulanger dans une navette spatiale ou sur une autre planète?

Pour des recherches plus poussées, réservez-vous une bonne heure pour lister les recherches à effectuer puis n’hésitez pas à consulter:

  • Des spécialistes : vous seriez surpris de voir comme les gens raffolent de parler de leur métier, qu’ils soient pompiers, médecins ou gardes-forestiers. N’hésitez pas à les solliciter pour bien préparer votre histoire.
  • Des livres: inutile de tout lire cependant, parcourez la table des matières et allez là où l’info est pertinente pour votre projet.
  • Des DVD: vous aimeriez tout savoir sur la guerre du Vietnam? Il existe de très bons documentaires, disponibles également en bibliothèque.
  • Internet:alors là, le choix est vaste, et si en plus vous lisez l’anglais, le web vous fournira des tonnes de données. Attention à ne pas y passer huit heures par jour non plus!
  • Des forums et des groupes facebook:pour poser vos questions sur un point épineux, il y aura sûrement quelqu’un pour vous répondre.

A présent vous êtes mûr pour…

Une ébauche (rédigée) de ce que sera votre climax

L’idée, c’est d’écrire à l’envers. Vous pensiez qu’il fallait écrire les scènes de votre histoire dans l’ordre? Eh bien permettez-moi de vous détromper!

Vous devriez rédiger votre première scène APRÈS avoir rédigé votre scène finale! Je m’explique: toute votre histoire doit converger vers cette fameuse scène finale (ou climax). Cette scène, c’est le moment de vérité. Le moment où votre homme politique qui craint les discours va monter au pupitre et enfin parler. Le moment où votre héroïne de roman sentimental va enfin s’engager dans une vraie relation avec l’homme qui cherche à la séduire et qu’elle a toujours repoussé.

Avec en tête votre dénouement bien couché sur le papier, il ne reste plus qu’à écrire les scènes qui y mènent pour bien préparer votre histoire. De cette façon, vous ne dévierez pas, vous ne partiez pas dans tous les sens.

Quant à votre première scène, c’est la plus importante, celle que votre lecteur lira en premier. Il faut la soigner, et cela devient plus simple si vous avez déjà tout rédigé.

Esquisser les scènes

Il est des auteurs qui sont capables d’esquisser toutes les scènes de leur livre avant même d’écrire une seule ligne. Je ne suis pas ceux-là, c’est pourquoi je rédige d’abord un synopsis.

Rédigez un synopsis de quelques pages où figureront vos grandes articulations (voir plus haut, à la section « La structure de votre histoire »), puis vous pourrez dégager des scènes.

Une scène est la plus petite structure dramatique de votre histoire. Elle doit comporter une unité de lieu, de temps, et d’action.

Il est tout à fait possible de dégager les dix à quinze premières scènes de son histoire uniquement, et de les écrire avant d’ébaucher la suite.

Voilà, j’espère que ces quelques éléments vous permettront de sortir de la confusion qui saisit tout artiste à chaque nouvelle création.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à télécharger ma nouvelle gratuite Les Avancés !


Étiquettes : , ,
Copyright 2020. All rights reserved.

Ecrit juillet 22, 2020 par Alex dans la catégorie "Techniques d'écriture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.