Le Passage, Justin Cronin

Tout d’abord laissez-moi vous souhaiter mes meilleurs voeux pour 2021.

Le premier billet de la nouvelle année aura pour sujet un livre que j’ai découvert le mois dernier et dont j’ai envie de vous parler.

Il s’agit du livre Le Passage, de Justin Cronin, un livre de science-fiction postapocalyptique, un genre qui m’est cher.

Le livre a cette particularité de comporter plus de mille pages (1265 exactement) et il ne s’agit que du premier volume d’une trilogie!

J’imagine que vous souhaitez en savoir un peu plus avant de vous lancer dans une lecture aussi chronophage…

Voici déjà le résumé et les avis de la presse

Résumé du roman le Passage

Il y a un siècle, le monde a sombré dans le chaos. Une épidémie, dont l’origine ne fut jamais identifiée, a transformé l’homme en mutant et réduit la civilisation à néant. Les derniers représentants de l’humanité vivent en colonie, luttant jour après jour pour survivre. Surgie de nulle part, une jeune fille vient à leur rencontre. Elle semble avoir 14 ans.
Elle en a 100 de plus.
Elle est venue sauver le monde.

« L’intelligence affleure sous la plume à chaque page. » Lucas Bretonnier – Le Parisien/Aujourd’hui en France

« (…) Le Passage est plus qu’un best-seller habile, et il fait penser au Dan Simmons de L’Échiquier du mal ou au meilleur Stephen King. » Hubert Prolongeau – Télérama

Ce que j’en ai pensé

J’avoue avoir une première fois décroché il y a quelques années, et ne pas avoir dépassé les quatre cents premières pages.

Il a failli se produire la même chose cette fois encore. Et je sais pourquoi.

Le livre se divise en onze parties, avec une nette « cassure » après les deux premières parties. Nouveaux personnages, nouvelle époque, la suite du livre bascule dans une ambiance dystopique qui tranche avec le début. Mais en poursuivant la lecture, on se rend compte de la continuité entre les parties.

Et l’on comprend l’importance du personnage principal, Amy Bellafonté, qui a traversé les siècles pour sauver l’humanité.

Amy fait le lien. Amy, c’est une petite fille de six ans abandonnée par sa mère dans un couvent et destinée à rejoindre le Complexe, un centre où les militaires mènent d’étranges expériences sur des condamnés à mort, devenus les « fluos », des créatures qui déciment l’Humanité.

Sauf que les deux agents du FBI censés livrer Amy au Complexe abandonnent leur mission quand ils prennent conscience de ce qui se passe réellement dans le Complexe: la création d’humains immortels grâce à l’injection d’un virus.

Amy se réfugie alors avec Walgast dans des montagnes sauvages où ils arrivent à survivre.

Voilà pour la première partie.

La suite se situe dans un monde futur (l’an zéro, qui se situe cent ans plus tard) où les quelques survivants qui n’ont pas succombé aux « viruls », ces descendants des fluos, se terrent dans des colonies.

De nouveaux personnages apparaissent et découvrent alors Amy, qui les conduira à l’autre bout du pays, dans une quête dont elle semble maîtriser les tenants et les aboutissants.

Amy semble en effet avoir le pouvoir de sauver l’humanité de l’extinction totale. Avec ses nouveaux compagnons, elle va combattre ces monstres que sont ces créatures assoiffées de sang, des monstres qui vivent la nuit comme les vampires.

Ce pavé qui arrive à tenir dans un livre de poche m’a enchantée, une fois passé mon moment de « décrochage ». Il oscille tour à tour entre action, réflexion philosophique, émotion et humour.

Les personnages ne sont pas si nombreux pour un livre de cette taille, ce qui les rend plus fouillés et travaillés. Je préfère cela à une pléthore d’intrigues seondaires portées par des personnages secondaires que l’on en arrive à confondre. Ici, nous avons une intrigue qui part de l’idée de départ, certes (un monde détruit de la main de l’homme), mais qui se tisse à partir de la psychologie des personnages.

Le style m’a emportée, ainsi que la fluidité des descriptions, l’univers de l’histoire, les relations entre les personnages.

Je pense que je lirai la suite, mais pas tout de suite.

Je recommande ce livre à tous les férus de thrillers postapocalyptiques!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.